Trois étudiants ESSEC gagnent "The Negotiation Challenge" – 2012 !
15/04/2012

L'ESSEC grand vainqueur 2012 de la célèbre compétition internationale réunissant les plus grandes écoles (Harvard, LBS, Hastings, HHL, Kyoto, ...)



15/04/2012

Trois étudiants ESSEC gagnent "The Negotiation Challenge" – 2012 !

L'ESSEC grand vainqueur 2012 de la célèbre compétition internationale réunissant les plus grandes écoles (Harvard, LBS, Hastings, HHL, Kyoto, ...)

TNC 2012 - Paris a accueilli plus de 70 candidats venus du monde entier, issus des 18 écoles de commerce et de droit de renommée mondiale sélectionnées pour cette nouvelle édition du concours. L’événement a rassemblé des écoles de prestige comme la Harvard Business School (US), la University of California, la Hastings Law School, la London School of Business and Finance (UK), la Kyoto Business School (Japan) et HHL, Leipzig (Germany). Ce concours, crée par des étudiants et doctorants de HHL et de la Harvard Law School en 2007, a célébré cette année sa cinquième édition. Le TNC fait appel aux capacités de communication et de réflexion des candidats, dont ils devront user au cours de ce concours de négociation en conditions quasi-réelles. Le concours de cette année était organisé par IESEG et HHL et a été célébré dans divers locaux d’affaires à Paris comprenant l’ICC (la chambre de commerce internationale), des bars parisiens à Abbesses ou encore à l’Espace Montmartre.

En quelques mots, pouvez-vous décrire le concours ?

L’événement se déroulait sur deux jours d’intenses négociations. Pour atteindre la finale, nous devions délibérer sur quatre études de rentabilité, la première étant une négociation tripartite individuelle, et les autres trois des négociations bipartites en équipe.
Les équipes étaient évaluées sur un ensemble complexe d’éléments comprenant :
- la maximisation des parts de marché/bénéfices pour l’entreprise ;
- leur capacité à trouver des solutions gagnant/gagnant ;
- leur sens de la communication ;
- l’évaluation des juges externes.

Nous avons passé ces épreuves avec succès, ce qui nous a permis d’atteindre la finale.

Qu’est ce que « l’Uro crise » ?

La finale entre l’ESSEC (France) et HHL Liepzig (Allemagne) devait être décisive. Notre équipe représentait Greekonia, un pays fortement endetté, qui cherchait à obtenir une restructuration de la dette. L’équipe Allemande représentait l’Eur… (sic) pardon, l’Union Unie. Nous devions résoudre « l’Uro Crise ». L’objectif était de protéger au mieux les intérêts de Greekonia tout en prenant en compte les inquiétudes de l’Union Unie. Notre stratégie a simplement été d’expliquer les contraintes auxquelles notre gouvernement faisait face et de signer un accord de restructuration de la dette en échange d’une augmentation des taxes juste.

Un panel de juges, composé par des médiateurs de haut niveau, des avocats et des experts, devait choisir l’équipe gagnante. Notre capacité à prendre en compte le point de vue de l’autre partie en toute bonne foi et à négocier un accord qui pourrait satisfaire les deux parties ont convaincu les juges de notre potentiel comme gagnants de la coupe TNC 2012.

Qu’est ce qui a contribué à votre victoire ?

Notre plus grand facteur de réussite à été l’apprentissage constant. Beaucoup d’équipes sont venues avec des « coach » en négociation, et certaines avaient même été entraînées par des gagnants d’éditions précédentes. En l’absence d’entraîneur pour notre équipe, nous avons fait preuve de critique constructive les uns envers les autres. Alors que beaucoup d’équipes prenaient un moment pour se détendre entre les différentes épreuves du concours, nous négociions frénétiquement entre nous sur comment progresser en tant qu’équipe. Grâce à ce retour constant, nous avons su ajuster notre approche lors des épreuves de qualification et accéder à la finale de manière confiante.

Notre équipe était formée par trois personnalités radicalement différentes, et chacun a su apporter un élément personnel aux négociations. Notre confiance en les décisions des autres et l’acceptation de nos personnalités si différentes se sont développées avant même notre participation au concours, grâce aux cours que nous avions en commun et des activités dans les associations étudiantes. Un autre facteur décisif de notre réussite a été la possibilité de s’observer mutuellement en cours, grâce à la flexibilité de notre programme et des cours communs du IMHI-MiM.

Pour Satadru Chakraborty, les cours de finance de la Chaire Innovation Thérapeutique l’ont aidé à parvenir rapidement à des décisions, et Sabyasachi Dutta, lui, attribue le succès de sa contribution à ses cours de Brand Management. Sriram Raghavan de la Chaire Leadership et Diversité trouve quant à lui que les activités et cours de la Chaire ont contribué à son succès.

Quels sont vos projets d’avenir après ce concours ?

Chacun de nous en est à un stade différent de ses études à l’ESSEC et nous nous concentrons donc actuellement sur des choses très différentes. Après l’obtention de son diplôme cet été, Sabyasachi souhaite travailler dans le secteur Horeca dans la région Asie-Pacifique. Satadru, en première année de MSc cherche une entreprise pour sponsoriser sa deuxième année et souhaite travailler dans la finance/stratégie dans une entreprise pharmaceutique de premier ordre. Sriram est actuellement stagiaire chez Sodexo, et prévoit de continuer à travailler en France dans la stratégie opérationnelle. Mais avant de finir ses études à l’ESSEC, il aimerait y voir organisé une conférence ou un concours international.

Retour aux actualités